christophe grossi & invités

Accueil > carnets & journaux > sur le fil des jours > L’absurdité

L’absurdité

Cela aurait dû être un week-end de rencontres, de retrouvailles, de découvertes, de discussions, d’attente aussi, aux Blancs-Manteaux à Paris où se tenait le salon des éditeurs indépendants. Hier matin j’avais installé les livres de Cheyne éditeur sur le stand et des rencontres, il y en avait eu des fortes dans l’après-midi. Le salon fermait ses portes à 21 heures mais comme le parking où j’avais garé la voiture fermait, lui, à 20 heures, je suis parti plus tôt. Avant de quitter la salle j’ai recouvert les livres d’un drap noir et suis rentré chez moi via Charonne, Voltaire, une demi-heure avant la première fusillade.
 
Ce midi, alors que, comme tous les exposants, je revenais au salon (à moitié vidé) récupérer les livres, le noir du drap avait une autre signification – comme une autre couleur.
 
Traversant Paris en voiture, je ne pouvais m’empêcher de regarder autrement les gens dans la rue, aux terrasses des cafés, de penser à tous ceux qui n’ont pas de nouvelles de leur fille, leur fils, leur parent, leurs amis, leurs collègues, aux visages qui défilent sur les réseaux sociaux, à la liste de noms avec âge qui va bientôt prendre corps en nous.
 
J’ai retrouvé ma compagne et nos enfants trop petits encore pour sortir seuls le vendredi soir ; par un réflexe idiot, une peur primaire, alors qu’il faisait jour, aussi parce qu’il fait froid dedans depuis hier soir et qu’il fait nuit dans mon corps, j’ai fermé la porte à clef derrière moi avant de la rouvrir.

 

photo : © Estelle Fenzy, Salon L’autre livre à Paris, le 14 novembre 2015

Ce « récit » s’adresse à tous ceux qui dans la nuit du 13 au 14 novembre 2015 ont été visés, tués, blessés, choqués, heurtés, par des bêtes humaines armées, à tous ceux qui, après l’effroi et l’horreur, continuent de vivre dans une douloureuse attente, à ceux que j’aime et qui m’aiment mais à qui je ne donne pas assez de nouvelles, à la vie qui résiste, aux enfants à qui nous ne savons pas apporter de réponses, impuissants et ignares que nous sommes face à la bêtise et à la haine.

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne et dernière modification le samedi 14 novembre 2015